Pas d'amis, pas de jeux !

Fr sans AmisIl y a des lois qu'on aimerait transgresser de temps en temps et celle-ci en fait partie pour moi. Comme vous pouvez vous en rendre compte rapidement en regardant la date du dernier article, cela fait 2 mois que je n'ai rien posté. Et pourquoi ? Car comme le dit cette loi inventée pour l'occasion : "Pas d'amis, pas de jeux !". Je suis actuellement dans une période creuse de mon activité ludique et je vais tenter d'en expliquer ici les raisons. Ce n'est pas forcément très structuré, je vous prie d'accepter mes excuses dès maintenant ...

Tout d'abord, il faut savoir que mes connaissances ludiques du moment : Jeanjean, Erwan et Thibault n'habitent pas forcément près de chez moi comme vous pouvez le constater sur la carte suivante. Ceci est dû aux déménagements et emménagements de plusieurs d'entre nous et malheureusement, on ne peut pas y faire grand chose. Comme diraient les plus cons (vieux), c'est la vie ! Petite remarque en passant : L'abruti tout en bas, c'est moi.



Peut-on dire qu'une relation ludique à plusieurs est comme une relation amoureuse et que la distance nous pousse forcément à nous éloigner. Je ne sais pas. Je les vois toujours mais plus pour nos après midi jeux : cela va désormais de la soirée entre amis aux pauses midi en passant par des moments de jouyage de guitare. C'est vraiment dommage car le jeu était vraiment le moyen de nous retrouver tous ensemble et de bien déconner pendant des heures entières. Est-ce que je parle comme une femme ? Oui !

En plus de la distance, on sent bien que c'est différent : John ne parle plus à Steevy car il n'a pas digéré le fait qu'il l'ait trompé avec Gwen. Elle ne pouvait pourtant rien faire de mieux. Qu'auriez-vous fait çà à sa place ? C'était çà ou se greffer un troisième téton. Heureusement qu'elle ne sait toujours pas que John n'est autre que son frère germain ... Espérons que Steevy ne dira rien car cela affectera d'autant plus nos après midi jeux.

Tout çà pour dire qu'il y a autre chose. Le temps ! Mais oui, c'est çà ! Nous n'avons plus le temps. Cette bonne excuse du temps ! On se la sort régulièrement et j'avoue qu'on la maîtrise pas mal désormais. Nous serons tous d'accord pour dire que quand on veut, on peut ! On a toujours un max d'excuses : la copine (femme pour certains d'entre vous), le trajet, la fatigue, le stress, les repas familiaux, les obligations incongrues, etc. Pourquoi ?

Est-ce la cuvée de jeux de 2008 qui nous a overdosé ? Il est vrai qu'après le salon de Essen 08, on s'est pris un peu de temps pour décompresser et pouvoir apprécier de nouveau de jouer. Nous nous sommes achetés un nombre raisonnable certes mais non négligeables de jeux et je n'ai pu jouer à aucun d'entre eux. Oui, oui, j'ai bien dit aucun. La loose ...

Vous vous demandez alors ce que je glande lorsque je ne joue pas. C'est pas vos oignons ! J'fais ce que je veux.

PS : Cet article n'a pour but que de me défouler et de pouvoir le relire dans quelques années et sourire.

PPS : Cela ne veut pas dire que j'arrête P&J. Je continuerai à commenter l'actualité ludique du moment quand je n'aurai pas de soudaines attaques gastriques.

Essen 08 - Natacha, je t'aime !

Logo Spiele Messe Essen 2008C'est un véritable ras de marée de news auxquelles nous avons droit avec cet effet post-Essen. Il faut alors s'armer de patience pour savoir ce qui a réellement plus (et donc ce qu'on a peut-être loupé) et ce qui a déçu ! A travers ce compte-rendu de notre séjour, je parlerai de mon ressenti de cette édition du salon et évoquerai certains points qui m'ont surpris comme le prix de certains jeux. Cet article a donc pour but de poser par écrit les interrogations qui m'ont traversé l'esprit durant ces journées épiques.

Tout d'abord, histoire de vous mettre dans le contexte, sachez que je suis parti avec mes connaissances ludiques du moment : Jeanjean, Erwan et Thibault. La veille du départ, je dois vous avouer que mes sphincters internes et externes étaient bien dilatés de par l'excitation procurée par les préparatifs : savon, shampooing, brosse à dents, dentifrice et bien évidemment le guide de sorties généreusement proposé par la Fièvre du jeu. Nous nous sommes retrouvés non sans mal à la gare de Paris Nord avec comme unique bagage "utile" un sac de sport dédié aux jeux (spéciale casse'dédi à Erwan pour son sac Décathlon), puis près de 5 heures plus tard, nous voilà arrivés à la sympathique auberge de jeunesse de Kolpinghaus Essen Frohnhausen.

Bien crevés par le voyage, nous ne faisons qu'une partie de Race For The Galaxy : Tempête en Formation puis allons nous coucher. Je ne sais pas pour vous mais je ne trouve pas que l'extension apporte tant que çà en renouveau. Les mini-objectifs (primaires et secondaires) ressemblent plus à des patchs collés à l'arrache qu'à une véritable réflexion de l'auteur. En revanche, les nouvelles cartes semblent bien permettre de nouvelles statégies même si la chance n'a pas voulu ce soir là que nous débutions avec une seule nouvelle planète. Je reviendrai sur cette extension dans un prochain article.

  • Petit truc sympa : la boîte de l'extension permet de ranger désormais toutes les cartes du jeu dans une même boîte qui ne fait pas 15 kilomètres de large.
  • Petit truc plus sympa : Achetez vous des DeckBox, c'est vachement plus pratique à transporter.
Le mercredi démarre sur les chapeaux de roue puisqu'il nous faut pas moins d'1h15 pour rejoindre à pied le salon depuis notre auberge. Et là, le Walhalla se présente à nous : un immense hall rempli de boîtes de jeux, d'éditeurs et de joueurs ! Le plus dur est de ne pas acheter dès l'entrée dans le salon car il est vrai qu'au niveau des prix, on voit de tout ! Mon copain Thibault par exemple, avait réservé le jeu Ghost Stories à Repos Prod pour 34,9 € lui permettant ainsi d'avoir les fameux goodies promis. Là où le bas blesse, c'est que le même jeu est vendu 24,9 € 20 mètres plus loin. Alors pourquoi, vous demandez-vous ? Je n'ai pas la réponse ! Je ne comprends pas non plus les gens qui ont littéralement dévalisé le stand de Repos Prod des 750 boîtes du jeu. Avez-vous une explication rationnelle à me proposer ? Cet exemple est valable pour Ghost Stories mais d'autres nouveaux jeux étaient proposés moins chers dans d'autres stands comme Giants, Hurry Cup', etc. Si quelqu'un peut m'expliquer cette différence flagrante de prix, je suis preneur ! Il est à noter que la version de Ghost Stories est multilangue, il n'y a donc aucune raison de privilégier une version nationale.

Lors du salon, nous avons eu la joie, l'honneur, que dis-je la chance, de croiser Monsieur Phal (gérant de TricTrac.net) pour la première fois. Vous ne pouvez même pas imaginer à quel point c'est impressionnant de taper la discute avec un inconnu et de blagouiller avec lui ! Si tous les gens (dans la vraie vie) étaient aussi spontanés et sympas que lui, je pense que de nombreuses guerres auraient pu être évitées. De l'avis général des personnes présentes, ce mec est tout simplement génial ! Ce n'est pas le seul bien évidemment ! Antoine Bauza, paix à son âme, s'est révélé être particulièrement amical.

Ah si, aussi ! Monsieur Phal nous a parlé du classement FairPlay. Je vous avouais que je n'y avais pas prêté attention jusqu'à une multitude d'articles sur le net surgissent pour décrier ce classement. Personnnellement, ce classement ne reflète en rien ce que j'ai pu apprécier et découvrir du salon. D'après moi, pour rendre vraiment ce que les visiteurs ont kiffé, une équipe de 5-6 personnes devrait silloner tous les halls pendant toute la durée du salon et répertorier les coups de coeur jour après jour et ne pas se contenter de recevoir des bulletins dans leurs urnes. Qu'en pensez-vous ? Est-ce à ce point irréaliste ?

En parlant du classement FairPlay, je vois que le jeu Machu Picchu est placé second. Et bien, je peux vous dire qu'après l'avoir testé tard dans la soirée en compagnie d'un béta testeur (Lars de mémoire) dans notre auberge (oui, oui, on a du beau monde), et bah, c'est pas le jeu le plus sex au monde. Je crois bien que je me rappellerai encore bien longtemps de Lars qui imite le bonhomme de la boîte de jeu (voir la cover ci contre).

En tout cas, cette année, j'ai été assez raisonnable et ne suis revenu qu'avec 10 jeux de société contrairement à d'autres que je ne citerai pas. Les plus importants étant selon moi SATOR, Garibaldi (avec les avis de Gorthyn); Gambit 7 et Red November pour les plus légers. Je reviendrai sur tous ces jeux prochainement.

Pour ceux qui étaient là, vous avez vu la queue de ouf' pour Le Havre ? Nan mais faut être vraiment con pour se précipiter sur un jeu dont on ne connait rien mis à part que son auteur a fait un hit sans précédent avec Agricola ! Et les traitres de Lookout Games qui ont fait exprès de choisir un couloir trop petit pour créer un effet de masse ... Quand je pense que cette partie du Hall 9 faisait partie de mes préférées, je dois vous dire que l'on n'appréciait pas forcément le passage avec tous ces gens qui attendaient bêtement leur boîte de Le Havre.

Et au fait ! Vous avez remarqué que les plus riches éditeurs disposent de jeunes filles super jolies pour faire tester les jeux. Il y avait bien évidemment le méga stand Pokemon, vide... et surtout le stand Days Of Wonder (qui a les moyens) où on pouvait voir the Sexiest girl ever seen, j'ai nommé Natacha. Waouh ! Super sympa, tentant désespérément de traduire les questions allemandes de Gambit 7 en anglais. D'ailleurs, j'ai fait un "Tout Pile" pour le nombre d'écoles d'art en Allemagne. Vous ne le saviez pas qu'il y en avait 24 hein, je parie. Bah moi si.

Comme tous les joueurs, une phase intensive de jouyage des jeux achetés va désormais commencer pour tester tous ces nouveaux jeux. Je vous en dirai certainement plus dans les semaines à venir.

P&J recommande La Feinte de l'Ours

Logo pour la feinte de l'oursC'est rare mais je vais le faire ! C'est même ma première fois mais je vais le faire ! Il faut que je me lance, allez oup la boum, me voilà nu devant vous ... oui ! Je vais écrire un billet de support à l'Association "Clair de Lude" qui a su toucher mon cœur un dimanche après midi à travers son café jeux : La Feinte de l'Ours.
Comment ? Quoi ? Qui ? Où ? Vous demandez-vous !? Petit retour en arrière sur cette aventure éphémère ...


Il y a maintenant plus d'un mois, j'ai lu sur Tric Trac une news traitant d'une nouvelle boutique ouvrant sur Nancy et j'en ai parlé à ma tante nancéenne afin qu'elle aille se renseigner. Jusque là, rien d'anormal. Et c'est le week-end dernier que Jess (une amie de passage dans ma vie) et moi même décidons de rendre visite à ma chère tante. Une fois, le tour de la place Stanislas réalisé un petite balade en tchoutchou dans "la ville vieille" (oui, oui, un Parisien dirait : "la vieille ville" mais passons), je propose à Jess d'aller tester une nouvelle "boutique".

Ma tante nous dépose en vitesse devant la Feinte de l'Ours puis nous rentrons. De suite, un jeune homme qui doit avoir mon âge (entendez par là qu'il doit avoir entre 23 et 27 ans) se précipite vers nous et nous explique le fonctionnement du café : En payant une cotisation annuelle de 7€, j'ai accès à tous les jeux du café et je bénéficie d'une invitation unique. Ni une, ni deux, je paie ma cotis' et nous nous installons sur une petite table. Nous jouons à Cariboo, Ballon Cup, Mini Passe Trappe et En Garde. Jess ne connaissant pas tous ces jeux, les gérants du café se sont relayés afin de nous expliquer les règles. Petite parenthèse à ce sujet : ces mecs ont un don pour l'explication des règles car Jess a tout bité du premier coup et je peux vous dire que c'est exceptionnel. Non, Jess n'a pas 8 ans mais 26 ...


Nous avons réellement passé un très bon moment et je ne saurais trop conseiller les joueurs nancéens qui n'ont pas encore franchi le pas d'aller y faire un tour car ils ne seront pas déçus : l'ambiance est conviviale, les locaux nikels, l'équipe sympa et il y a même un chti stand à boire pour les gens qui ont soif. Pour finir, je tiens à saluer l'initiative des 2 créateurs du café. Réunir leurs 2 ludothèques, ouvrir un café jeux via leur association, payer les loyers, avoir une vie à côté, autant de choses que l'on ne peut qu'apprécier en tant que joueur :)

Un monde du jeu 2008 bien triste

Festival du Jeu Vidéo + Monde du JeuFier de mon ticket d'entrée pour le Monde du Jeu 2008 que j'ai gagné au concours de Gorthyn, j'ai demandé à mes connaissances ludiques s'ils serait partants pour une journée de folie dans ce salon qui s'annonçait comme le pré-Essen. Je dois vous le dire de suite : j'ai été particulièrement déçu par le peu de nouveautés disponibles et d'éditeurs présents. En revanche, cela m'a permis de jouer à Corunea, le jeu de cartes pour rôlistes et rien que pour çà, je ne regrette pas !

Pour la petite histoire, sachez que toute la petite bande de joueurs que nous sommes (à savoir 4) devait se retrouver devant les portes du Salon le dimanche. Il s'est avéré que notre ami Jeanjean avait tout simplement oublié et que l'autre tête de cul de Erwan avait pris une cuite mémorable la veille, le rendant ainsi indisponible. Si savez compter, il ne reste que Thibault et moi : les 2 gays !
Arrivés peu avant 10h00, nous voilà à attendre patiemment l'ouverture du salon. Il est à noter que le salon du Monde du Jeu (dédié aux jeux de cartes, de société et de rôles) cotoyait cette année le Festival du Jeu Vidéo (dédié aux jeu vidéo). A ce propos, je ne sais pas si vous avez remarqué mais il est assez facile de caricaturer les djeunz des 2 salons :

  • Du côté des jeux vidéo, on retrouve le "djeunz de banlieue" âgé de 16ans et demie qui dit "ouaich" et qui est accompagné de ces amis. Personnellement, il me fait peur.
  • De l'autre, le djeunz dit "n'a pas d'amis" âgé de 31 ans qui dit "humph" et quelques fois "errrkk" pour s'exprimer. Il est en général seul et peu social au premier abord, néanmoins à la vue de connaissances de jeu, il n'hésite pas à se montrer jovial.
Bobby-SitterDing ! Dong ! L'heure de l'ouverture a sonné et nous pénétrons dans l'antre du jeu avec une certaine apréhension. Le premier jeu que nous testons est Bobby Sitter, un jeu de Jean-Marc Courtil joliment illustré par David Revoy. Thibault et moi avons été agréablement surpris ce qui nous a valu l'achat de ce jeu simple, rapide et très fun. Le principe du jeu est con : A son tour, on tire une carte et en fonction de ce que l'on voit sur celle-ci, on se dépêche de prendre les pions disponibles sur la table. C'est fun, çà ne prend pas de place, on se prend au jeu de trouver le plus rapidement les moutons sur les cartes avant son adversaire et on peut même bluffer.

Bon ce n'est pas tout çà, mais çà fait seulement 8 minutes que nous sommes là et nous avons déjà acheté un jeu sans même faire le tour du salon. 3 minutes plus tard, c'est fait ! Il est relativement petit, sombre et dispose d'un espace conférence qui, malgré son intérêt subjectif, indispose tous les stands à proximité de part la puissance vocale émise. Que nenni, continuons et fouinons !

Les tenanciers du stand de Hazgaard nous ouvrent gentiment leur bras et nous invitent à faire une partie de Draco Mundis : le prochain jeu du créateur de Dungeon Twister, Christophe Boelinger. Non sans rappeler le mécanisme de son précédent jeu, Draco Mundis innove et nous plonge dans l'exploration des civilisations dans des jungles du temps de Indiana Jones. Je ne vous ferai pas l'affront de vous expliquer les règles car celles-ci sont très bien expliquées sur le site du Petit Peuple. En revanche, vous n'échapperez pas à mes impressions immédiates : pour ceux qui aiment le côté "Echec", vous devriez aimer ! Dans ce jeu, aucune part de hasard, un bonne partie "Memory" de part l'emplacement caché de toutes nos pièces et une bonne migraine à chaque coup. Les illustrations sont superbes et permettent de mettre en avant ce jeu abstrait qui aurait pu passer inaperçu s'il ne bénéficiait pas de ce travail d'illustrateur hors norme. C'est d'ailleurs grâce aux différentes previews que je me suis intéressé à ce jeu, comme quoi ! Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Draco Mundis ne sera pas disponible au salon d'Essen 08 mais juste après.

Ushin, Sarkan ElementalistThibault et moi continuons notre petit périple au sein du Monde du jeu et tombons sur le stand des créateurs de Corunea. Nous décidons alors de nous faire expliquer les mécanismes de ce jeu de cartes, peu orthodoxe, à travers une partie en 1 contre 1. Pour faire court, nous incarnons un personnage issu de l'univers de Corunea, l'équipons d'armes, de sorts, de capacités spéciales, d'équipements puis décidons via des enchères quel climat sera privilégié, qui débute avec l'initiative et enfin nous fightons. Après notre première partie, nous nous rendons compte que ce jeu est riche, très riche, tellement riche que nous nous croyons riches et si riches que nous sommes, nous achetons chacun un "Starter Pack" et 5 boosters. L'après midi, nous enchaînons avec une partie en 2 contre 2 dans laquelle nous nous faisons littéralement poutrés contre mon petit frère et une connaissance que nous nommerons Ben. Une seule explication possible : nous sommes mauvais. Malheureusement, ce n'est pas le cas, si vous avez l'occasion de tester Corunea, vous verrez que malgré la meilleure volonté du monde, lorsque nous n'avons pas de chance aux dés, il est très difficile de résister longtemps aux assauts répétitifs de ses adversaires.
Cela ne m'a pas empêché de lire et relire les règles cette semaine et de faire quelques duels de Corunea. Je reviendrai en temps voulu sur ce jeu lorsque je serai plus à l'aise.

Pour finir, nous n'avons pas vraiment accroché au Monde du Jeu mais les 3 jeux cités ci-dessus nous ont permis de rentrer heureux chez nous et de rêver au prochain grand salon : Essen 08. C'est dans moins de 3 semaines et cette fois-ci, nous partons tous les 4 pendant les 3 premiers jours.

Rythme and Boulet - Comment le dynamiser ?

Logo de Ryhtme and BouletJ'ai reçu en cadeau Rythme and Boulet de la part de Thibault et Ligia fin juillet et je dois dire que j'adore ce jeu de la gamme Cocktail Games. Il est clair que ce n'est pas LE jeu de l'année, en revanche, celui-ci m'a permis de voir mon papa se taper la tête avec ses mains ne sachant quoi faire et rien que pour çà il vaut le coup. J'aimerais qu'on aborde ici les quelques modifications que l'on peut y apporter afin de le dynamiser et d'y retrouver les joies des premières parties.

J'ai découvert ce jeu pour la première fois à la GenCon 08 en compagnie de son auteur Gabriel Ecoutin et de Pascaline, reconnue désormais pour ses capacités à imiter Maïté. Thibault et moi avons été emballés dès la première partie : le jeu est fun, simple à expliquer et permet de faire jouer des joueurs comme des non joueurs. Et aujourd'hui, avec l'extinction progressive et lente des joueurs de jeux de société, cela rend le jeu Ryhtme and Boulet d'autant plus attirant. Vous trouverez des commentaires sur TricTrac qui démontent clairement le jeu car il n'est selon eux qu'une pâle copie d'un jeu de type "caps". Je trouve pour ma part que ce n'est pas rendre justice au travail d'illustration de Olivier Fagnère : les personnages sont colorés, loufoques et drôles !

Ce qu'on peut reprocher au jeu, c'est sa durée de vie qui risque de devenir nulle si vous jouez régulièrement avec les mêmes personnes. Et pour cela, je vous propose de suivre ces quelques conseils après une dizaine de parties acharnées :

  • Le rythme est imposé par le "Boulet". Ainsi, s'il est "chaud patate", il tapera dans ses mains et sur ses jambes tellement rapidement qu'il se fera perdre tout seul. Il sera le seul à rire de s'être fait perdre ! Spécial casse-dédi à Jeanjean !
  • Supprimez la règle qui nous oblige à appeler forcément quelqu'un d'autre. C'est beaucoup plus rigolo lorsque vous vous rappelez et que tout le monde se demande à qui appartient ce signe et que vous rappelez juste derrière quelqu'un d'autre. Imparrable !
  • Pour corser un peu le tout, jouez avec la règle expert et attribuez vous le nom de votre partenaire de gauche. Ainsi, au lieu de répondre à Fr (c'est mon prénom) je réponderai à celui de Erwan par exemple.
Je défie l'auteur du jeu, lui même, (je suis fou je sais) de faire une partie de Rythme and Boulet en cumulant ces 3 variantes et de m'envoyer une vidéo de l'exploit ! Je me doute qu'il n'a pas que çà à faire mais j'aime me lancer des défis dans la vie.


PS : J'ai gagné une place au Monde du Jeu grâce à Gorthyn. Chui trop content !

JeuxPro - Arrêtez le massacre !

Jeux ProC'est pas vrai ! Jeux Pro est-il vraiment la référence professionnelle du marché du jeu ? Si c'est le cas, celui-ci a vraiment du souci à se faire. Etant abonné depuis peu, je reçois le magazine chaque mois et je dois dire que je suis énormément déçu par le contenu. N'ayant pas le recul des premiers lecteurs, je ne peux vous dire si le magazine a évolué en bien mais ce qui est sûr, c'est que le résultat final n'est clairement pas à la hauteur de ce que l'on pourrait attendre d'une "référence professionelle" en 2008...


Il y a quelques temps, je cherchais des chiffres sur le marché du jeu et plus spécifiquement sur les jeux de société. Je me suis donc dirigé dans un premier temps vers mon ami Google et j'ai été un peu déçu comme vous pouvez le constater en cliquant sur le lien précédent. Geek oblige, je me suis tourné vers TricTrac, son forum et sa communauté. J'ai alors trouvé un sujet qui traitait du marché du jeu : ici. On me conseille un magazine du nom de Jeux Pro. Allons y, je suis riche, je suis fou ! Abonnons nous :)

Je reçois mon premier numéro peu de temps après et à la première lecture, je m'aperçois qu'il y a très peu de chiffres concrets. Meuh non me dis-je ! Relis le, ce ne peut être qu'une mauvaise impression. je le relis alors du début à la fin avec les petites lignes de bas de page qu'on ne lit jamais pour voir si j'ai rien loupé. Et non, toujours pas, je n'accroche pas !
Je prends mon mal en patience et attend donc patiemment mon prochain numéro. J'ai attendu jusqu'ici pour exprimer ma frustation et là je n'en peux plus. Ca doit sortir ! Mais pas n'importe comment :
  • On est en 2008 et Internet est présent. Doit-on dans ces cas là proposer un magazine papier et ne pas se lancer dans un site web qui sera plus réactif et plus facile d'accès. Cela évitera de lire et relire les mêmes news éditées pour quelques unes il y a plus d'un mois.
  • Des chiffres, c'est ce que je voulais. Qu'ai-je ? Que dalle ! Dans le numéro de septembre 2008, nous avons droit à la tendance des produits comme les accessoires, le poker, la lecture, les jeux traditionnels, le GN, l'informatique et le modélisme entre 2007 et 2008. Trop bien ! Et les classements Jeux de Société qui sont tout sauf représentatifs car il n'est indiqué nul part le nombre de questionnés (boutiques) ayant répondu au sondage !
  • Savez-vous comment les boutiques répondent au "forum" ? En répondant aux questions sur une page du magaine et en le renvoyant dans une enveloppe à Jeux Pro. Oui, oui, en 2008, on se sert encore des lettres. je trouve çà incroyable qu'il n'y ait pas un vrai Forum Internet dédié aux boutiques. Si j'étais gérant d'une boutique, je me verrais mal le dernier jour du mois envoyer mon petit résumé à Jeux Pro pour "passer" dans la double page du magazine qui y est consacrée. Veuillez noter que dans le dernier édito, il est mentionné qu'ils travaillent sur un nouveau projet qui permettrait un suivi de l'actualité plus immédiat .. W8 & see !
Ces critiques constructives n'ont pas pour objectif de "détruire" le magazine Jeux Pro mais de faire prendre conscience aux lecteurs désireux de connaître l'état du marché que l'abonnement au magazine n'est pas une démarche obligatoire. Jeux Pro a néanmoins le mérite d'exister pour les "petits" gérants de boutique car il rassemble une grande partie des jeux édités le mois en cours. De plus, si vous ne disposez pas d'Internet, il pourra vous orienter vers des sorties de jeux. pour conclure, si vous ètes un joueur, je ne pense pas que Jeux Pro soit indispensable. En revanche, si vous êtes un gérant d'une boutique de jeux qui ne connait pas Internet, Jeux Pro est fait pour vous. 


Si vous êtes réellement intéressés, mailez moi et je vous lirai les pages qui vous intéressent  :)

Blindes Huhn n'est pas si mauvais que çà

Poulet aveugleBlindes Huhn fait partie des nombreux jeux de ma ludothèque que nous n'avons pas eu l'occasion de tester ensemble. Après une unique partie qui ne m'avait pas laissé un grand souvenir, nous nous sommes convaincu : "Allez hop ! Aujourd'hui, on le (re)teste quoi qu'il se passe".  Et bien, en partant de bien bas, ce jeu a réussi son pari d'égayer cet après midi morose. C'est bien son seul atout comme nous le verrons, ne vous attendez donc pas à un jeu révolutionnaire.


Je me suis procuré ce jeu lors du Salon d'Essen en 2007 à un prix raisonnale de mémoire. L'ayant testé avec Sébastien, gérant de la boutique de Au Coin Du Jeu, je ne m'attendais à rien d'extraordinaire. J'avais juste été séduit par les illustrations de poussins. Comme quoi, on peut vraiment acheter un jeu pour ses graphismes ...

Le principe du jeu est relativement simple : nous disposons tous du même nombre de cartes poussins au départ symbolisant notre argent. A notre tour de jeu, nous regardons discrètement les 3 premières cartes du dessus de la pioche et nous choisissons d'en dévoiler 1 ou 2 puis nous annonçons un prix pour le lot des 3 cartes. Les joueurs, à tour de rôle, peuvent surenchérir ou simplement abandonner. Une fois que tous les joueurs ont parlé, le joueur ayant fait la meilleure offre paie le ou les joueurs. Bien évidemment, il existe des cartes plus ou moins bonnes à posséder comme les graines dorées qui cumulées à une carte Blindes Huhn (ou poulet aveugle d'après mon copain Google) rapportent 5 points. En revanche, une carte seule Blindes Huhn fait perdre 3 points en fin de partie.
La fin de partie ! Voici ce qui pour moi est le bas de ce jeu : Un décompte des points impossible à anticiper de par sa complexité. Je ne ferai pas l'effort de vous l'expliquer car celui-ci est expliqué avec brio par le Clube.

Mon copain Jeanjean a eu la bonne idée de nous proposer une nouvelle partie juste après la première (que j'ai superbement gérée au passage). Un autre défaut est apparu : sa rejouabilité. N'espérez pas enchainer les parties comme un Race For The Galaxy par exemple ! Ce jeu est fait pour détendre : il se veut fun, instinctif et un peu pute parfois.



Pour conclure, je dirais que j'ai apprécié ce jeu à sa juste valeur. Ne prenez pas pour argent comptant les quelques critiques sur TricTrac qui selon moi sont trop sévères pour ce type de jeu. Si vous avez l'occasion d'y jouer, prenez la ! On ne peut pas dire que c'est un jeu apéro à cause de sa durée de jeu un chouia trop longue, néanmoins pour débuter une après midi jeu, il est parfait. Je compte faire une autre partie de Filou prochainement car ils me semblent relativement proches par leurs formats et leurs mécanismes. Je vous tiens donc au courant.

Fiche descriptive de Blindes Huhn

La compagnie de Merlin change la donne

MerlinLorsque mes hypothétiques futurs beaux-parents m'ont offert l'extension La compagnie de Merlin pour mes 25 ans, je me suis dit :" Ouuaah, ils sont riches !" Néanmoins après la surprise vinrent les interrogations : Que se cachait-il derrière tant de gentillesse ? Ce n'est pas leur genre ... Ai-je fait quelque chose qui leur a déplu, ce présent est-il un cadeau empoisonné ? Et bien autant vous l'annoncez de suite, cette extension apporte un réel brin de fraîcheur au jeu d'origine Les chevaliers de la table ronde.

Après avoir lu les retours des joueurs de Tric Trac et l'avis express de la Fièvre du Jeu, il ne me tardait pas de tester l'extension. C'est pourtant aujourd'hui que j'ai décidé de ramener les 2 grosses boîtes de jeu chez mon copain Thibault et de le retrouver ainsi que Jeanjean et Erwan, de bonnes connaissances. J'avais déjà ouvert la boîte de l'extension et j'avoue sincèrement avoir été très déçu par la quantité de matériel : 2 figurines, 2 paquets de cartes, 1 dé orange, quelques nouveaux blasons et une règle. Reconnaissez que çà fait cher payé l'extension pour 25€ au coin du jeu non ? Heureusement qu'on me l'avait offert, me répétai-je inlassablement ...
Comme nous connaissions bien le jeu d'origine, une simple lecture des règles de l'extension nous permis rapidement d'y jouer car très peu de règles étaient ajoutées/modifiées au final :

  • Merlin nous aide désormais sur les quêtes où il est présent en nous donnant la possibilité de piocher gratuitement une carte blanche,
  • Si la quête où il se trouve est achevée, une catapulte n'est plus ajoutée automatiquement devant les remparts du château,
  • De nouvelles cartes blanches aux pouvoirs sympathiques,
  • Les déplacements sont soumis à des cartes voyage (rien de bien méchant à première vue),
  • De nouvelles cartes noires sont présentes avec les 7 sorcières notamment,
  • Et de nouveaux blasons avec des capacités vraiment utiles contrairement à quelques unes du jeu d'origine.
Ces quelques lignes suffisent à résumer grossièrement les règles de l'extension. Si vous souhaitez les lire en détail, cliquez sur le lien suivant du site de l'éditeur Days Of Wonder. La partie put alors commencer, nous distribuâmes 4 cartes "Loyal" et 1 carte "Félon" pour laisser planer le doute sur le fait qu'il y ait ou non un félon. Je ne ferai pas ici un compte rendu complet de la partie car ce serait bien trop ennuyeux et inutile, par contre, je vais détailler quelques scènes de la partie qui fut ET restera mémorable.

Dès le début du jeu, de nombreuses cartes "Excalibur" tombèrent et ce fut Erwan, aka Sire DuCon, qui se chargea d'aller temporiser cette quête qui n'était pas prioritaire pour nous en début de partie. Je ne peux décrire la façon dont il joua car je le soupçonna dès le début d'être le félon. C'est un peu le problème dans ce jeu : si vous jouez comme une bite, on croit tout de suite que vous êtes le félon. Chez Erwan malheureusement, les joueurs avaient ce ressenti assez souvent, ce n'est donc pas relatif à ce jeu uniquement. Pendant ce temps là, Thibault avait décidé seul avec une certaine assurance d'aller chercher la célèbre "Armure de Lancelot". Les quêtes s'enchainaient plutôt bien, nous ne blindions pas de catapultes, nous avions réussi à récupérer "Excalibur", à repousser les "Saxons" grâce à une superbe gestion des cartes de la part du roi Arthur (moi) et insidieusement les cartes "Graal" se multipliaient, les cartes noires spéciales "Sorcières" commençaient sérieusement à ralentir la progression du bien.

Puis tout commença à basculer, Thibault fit une erreur qui lui coûta la perte de confiance du roi Arthur (moi). Il avait mentionné auparavant le fait qu'il disposait de plusieurs cartes "Merlin" et lorsqu'il fallu contrer une carte noire spéciale, il nous affirma qu'il n'en avait qu'une ! Pourquoi avait-il menti ? Pourquoi à nous ? Il était pourtant celui en qui je faisais le plus confiance. Mon royaume commença à chuter ...

Thibault nous avait menti non pas parce qu'il était félon mais parce qu'il voulait les garder précieusement pour un futur coup dur. Pendant ce temps là, je nota que depuis quelques tours mon Jeanjean n'avait pas fait grand chose pour aider et disposait de ses 4 points de bravoure grâce aux cartes "Piété" et je lui fis la réflexion. A ma grande surprise, il le prit mal et je fus dans l'obligation de lui ordonner de venir nous aider combattre les Saxons qui ne cessaient de nous attaquer par la mer. Il piocha alors la carte "Voyage" "Vision". Il fut alors obligé d'aller au Graal, quête que nous avions combattu durement pour éviter de la perdre et que nous avions du momentanément stopper pour nous occuper de ces satanés Saxons. Et là, il fit la chose la plus fourbe qui puisse être dans ce jeu ! Il se révéla être le félon ! Nous dûmes alors nous défausser chacun de 2 cartes blanches. Et les choses ne s'arrangèrent pas ... Sir DuCon, aka Erwan, fut capturé lors d'un de ses voyages. je pris la décision avec Thibault de ne pas le secourir le temps que nous puissions finir une quête.

C'était trop tard, il ne restait aux loyaux chevaliers qu'un misérable point de bravoure, 0 à 1 carte blanche en main, la quête du Graal nous échappait complètement, les catapultes étaient nombreuses, trop nombreuses. Le coup du sort voulut que ce soit Morgane, une carte noire spéciale qui nous tua. Mes fiers chevaliers et moi même avions succombé à la fourberie de Scapin, euh Jeanjean.



En conclusion, j'ai kiffé grave sa moman. Les cartes "Voyages" apportent un réel plus au jeu qui devenait beaucoup trop mécanique et calculateur. Les nouveaux blasons sont tout simplement porteurs de nouveaux pouvoirs réellement sympathiques. Les nouvelles cartes noires "Sorcières" déchirent. On pourrait regretter que le félon joue vraiment dans son coin et n'ait pas les mêmes sensations que les loyaux chevaliers mais c'est aussi grâce à lui que ce jeu fait parti de mes favoris. En attendant de tester Pandémie et Red November et de rejouer à Ghost Stories prochainement, j'espère que vous aimerez cette extension autant que nous lors de cet après midi.

Fiche descriptive de La compagnie de Merlin

Le monopoly en temps de guerre, çà sert !

Mr. MonopolyAlors que je lisais le superbe livre The Game Makers : The Story of Parker Brothers from Tiddledy Winks to Trivial Pursuit de Philip E. Orbanes dont je vous ai déjà parlé auparavant pour la naissance du jeu Pit à paraître au mois de Septembre, je suis tombé sur un article très intéressant intitulé "Le secret du Monopoly". Je vous l'ai traduit ici dans notre langue de Molière car je sais qu'il y a toujours des anglophobes parmi vous. Vous trouverez une petite illustration que j'ai scannée du livre.

Quand les forces de l'air alliées ont commencé à risquer leurs vies lors de missions aériennes au dessus de l'Europe occupée, le partenaire anglais de Parker Brothers trouva une façon d'utiliser le jeu du Monopoly afin de venir en aide à tous ceux qui avaient été capturés par les allemands. Le Bureau Britannique de la Guerre travailla alors avec un groupe restreint de membres de Waddington afin de modifier les plateaux de Monopoly que la Croix Rouge était chargée de livrer aux prisonniers de guerre. Ils eurent l'idée de creuser avec précision des entailles dans les plateaux de jeu et juste avant de coller les étiquettes, de les "remplir" avec des boussoles, des documents et des cartes qui décrivaient les routes à emprunter pour s'échapper des prisons dans lesquelles les prisonniers étaient retenues.
A l'époque, les cartes furent imprimées sur de la soie car elles ne faisaient pas de bruit lorsqu'elles étaient ouvertes. De plus, les membres de Waddington avaient tellement perfectionné leur procédé que tous les aviateurs britanniques avaient dans le talon de leurs bottes une carte en soie de Waddington au cas où ils seraient capturés.
Jouer aux jeux d'argent étaient monnaie courante chez les Allemands, les Italiens et les Autrichiens. On ne connait pas exactement le nombre d'aviateurs qui furent sauvés par le Monopoly mais 35000 prisonniers de guerre ont réussi à s'enfuir des prisons et à rejoindre leurs compagnons en sécurité.

Image tirée de The Game Makers : The Story of Parker Brothers from Tiddledy Winks to Trivial Pursuit

Intrige, ou comment tester la force de son amitié

Image de la version Amigo de IntrigeVous l'avez certainement lu quelque part sur le net ou l'avez entendu dans des discussions ludiques mais Intrige est réellement le jeu le plus "pute" que je connaisse. Personnellement, j'adore ! Ayez de très bons amis, réunissez les lors d'une soirée et jouez y pendant une demi-heure. Si à la fin de la partie ils sont encore vos amis, vous pouvez vous dire que vos potes sont soit de très "bons" joueurs soit qu'ils vous mentent et qu'ils attendent la prochaine partie pour se venger.

Je me suis procuré ce jeu en février de cette année grâce aux conseils avisés de Sébastien, maître des lieux de Au Coin Du Jeu. A ce moment là, je cherchais un jeu original où il y aurait moyen de se pourrir de manière directe. Ce fut le premier jeu qu'il me montra et j'avoue que s'il ne m'avait pas expliqué le principe, je ne l'aurais pas pris pour ses qualités visuelles. En d'autres termes, ne vous attendez pas à un Jamaïca ou un Piliers de la Terre !

Intrige est un jeu de Stefan Dorra, mais je préfère que Wikipédia vous en dise plus :

Il est orthophoniste de profession et auteur de jeux de société allemand prolifique. Il a étudié la sociologie, la logopédie et l'aide aux handicapés physiques. Il travaille à Hanovre comme logopède dans une école de promotion. Il développe également des concepts de communication pour personnes handicapées au niveau de la parole.

Quel est le principe du jeu maintenant ? Et bien c'est relativement simple, le but est d'avoir le plus de ducats à la fin de la partie. Jusque là, on reste dans le classique. A votre tour, (1) Encaissez les revenus des érudits que vous aurez placés dans les manoirs adverses, (2) Accueillez les nouveaux érudits à votre porte puis (3) Placez 2 érudits dans les manoirs des autres joueurs. Il faut savoir que vous disposez de 4 emplacements dans votre manoir qui rapportent plus ou moins de ducats : 1000, 6000, 10 000 et 3000. De plus, au début de la partie, chacun a 8 érudits qui vont par paire.
La partie du jeu intéressante est celle des négociations. Lorsqu'il y a un conflit externe ou interne (voir les règles pour plus de détails), chaque joueur annonce une offre ET paie un pot de vin au joueur qui possède le manoir. A la fin des négociations, ce joueur décide comme il le veut QUI il garde dans son manoir et à QUEL emplacement il met l'érudit adverse. C'est un jeu diaboliquement diabolique !

Manoir dans la version Amigo de Intrige
Hier soir par exemple avec mes connaissances Jeanjean et Erwan, j'ai pris une belle mandale dans la tronche après avoir trahi trop tôt la confiance de Erwan. Pourquoi trahir me direz-vous dans ces cas là ? Car il n'y a pas le choix, vous devez trahir, mentir, tricher, parler, influencer, tout ce que font nos hommes politiques en somme mais tout çà dans une ambiance bon enfant ! Après lui avoir tout bonnement volé 13 000 ducats, Erwan m'a complètement démonté malgré le fait que je lui avais donné 20 000 ducats pour me faire pardonner. Il faut savoir que le pardon n'existe pas dans ce jeu.

A la fin de la soirée, j'ai quand même ramené Erwan chez lui ... car je suis un mec sympa ! Pour finir, si vous êtes une personne sympa de nature et qui n'aime pas le marchandage et la trahison, ce jeu n'est pas fait pour vous. Si vous êtes un mauvais joueur et que vous ne le reconnaissez pas, ce n'est pas fait pour vous. Si vous êtes un joueur pour qui le design compte beaucoup, ce jeu n'est pas fait pour vous.
En revanche, si vous êtes au dessus de tout çà, je vous conseille vivement de vous le procurer. Petite astuce : Sortez le jeu en fin de soirée pour éviter de pourrir tout le reste de la soirée ;)

Fiche de Intrige

Ghost Stories nous fait saliver de plus en plus

Logo de Repos Prod Promis, Ghost Stories sort pour Essen 2008 ! C'est ce qu'on nous rabâche depuis l'annonce sur Tric Trac le 17 avril. Évidemment, à chaque fois, on nous sort de magnifiques illustrations de la main de Pierô. Et bien moi, j'en remets une couche pour mon plaisir mais aussi le votre grâce aux cartes inédites de fantômes que m'a passées Thomas Provoost, fondateur de Repos Prod avec Cédrick Caumont.
Les règles complètes de Ghost Stories seront mises en ligne par l'équipe de Repos Prod en temps utile. En attendant, bavez, salivez, humez tant que vous le pouvez.

Ghost Stories - ReaperGhost Stories - Sharp Nail MistressGhost Stories - Bone CrackerGhost Stories - Skinner

Huuue - Ma première fois

Image de chevaux pour le jeu Huuue!J'ai fait ma toute première partie de Huuue! ce week end en compagnie de Thibault, Jeanjean, Maxime et Alexia. Après une très rapide explication des règles qui s'avèrent très simples, nous commençons à jouer. Le plus jeune, Maxime, a néanmoins un peu de mal à biter la manière dont faire avancer et reculer les chevaux sur la piste. C'est con pour lui car c'est la seule et unique façon de gagner...

Le but du jeu est d'être le premier à gagner 6 points de victoire. Ceux-ci s'acquièrent en misant sur le cheval gagnant d'une course. Plus le cheval est un "tocard" et a donc peu de chances de remporter la course, plus il rapportera. En revanche, si c'est le "favori", il ne rapportera que peu de points de victoire.
Puis, pour chaque course, nous avons autant de cartes en main que le nombre de chevaux sur la piste. A notre tour, nous jouons une carte d'une couleur relative au cheval qui selon sa valeur et la valeur de carte tirée en début de tour fait avancer ou reculer le cheval correspondant. Si la couleur est celle de la carte tirée en début de tour, celui-ci ne bougera pas. Pour les subtilités des règles, je vous conseille de lire attentivement l'article rédigé par CyberFab.

Je vous avouerai que je n'attendais rien de particulier de ce jeu. Je l'ai pris comme il venait avec aucun à priori. Après une partie bien longue due à Maxime et Alexia au passage, je n'ai pas ressenti ce truc qui me fait frémir pour un jeu. Je n'ai pas l'envie d'y rejouer de suite. Et pourquoi me direz-vous ?

  • Parce que je n'aime pas le hasard et que celui-ci représente plus de 84.53 % dans ce jeu (oui, j'ai compté).
  • Parce que seuls les 2 derniers tours d'une course (voire le dernier) influent réellement sur la victoire d'un cheval. Combien de fois un cheval a t-il remonté toute la piste lors du dernier tour ?
  • Parce qu'au final, il s'avère plus facile de miser sur les favoris que sur les "tocards". Cocotte, si tu me regardes, elle est pour toi !
  • Parce que si au dernier tour de la course, c'est la carte de la couleur du cheval sur lequel tu as misé, et bah tu l'as dans le %@#!.
  • Parce que la cravache, c'est utile mais ce n'est pas çà qui va te permettre de gagner, crois moi !
  • Parce que lorsque tu es premier joueur, tes chances de gagner sont très proches de 0. Elles sont de 0 si tu choisis un tocard !
Néanmoins, je laisse toujours une seconde chance aux jeux. Il faut donc que je trouve une ou plusieurs raisons qui vont me pousser à refaire une autre partie :
  • Parce qu'une partie à 5 me semble beaucoup plus hasardeuse qu'une partie à 3, j'aimerais retester le jeu avec 2 potes afin de voir où l'on peut vraiment optimiser nos chances de gagner.
  • Parce que j'ai trouvé 3 variantes sur le site de BlackRock Editions et qu'elles me semblent rajouter un peu plus de tactique au jeu.
  • Parce qu'une piste de jeu est disponible sur le site officiel et qu'elle est jolie !
  • Parce que c'est un jeu léger et qu'il peut ravir les fans du tiercé.
  • Parce que je suis le seul à qui çà n'ait pas plus, je dois vraiment être différent des autres ... comprendre plus con !

Fiche descriptive de Huue

Définition du Kingmaking

Sacre de Philippe III le HardiDe trop rares sujets sur la toile tournent autour d'un phénomène inhérent au jeu de société que l'on nomme le Kingmaking. J'aimerais profiter de cette belle journée pour établir une définition précise du Kingmaking, illustrer celui-ci par quelques jeux de société et enfin donner mon point de vue personnel.
Tout d'abord, il a été établi que le Kingmaking ne s'appliquait qu'aux jeux à 3 joueurs ou plus. On définit alors ainsi le Kingmaking : C'est l'action qu'un joueur qui n'est clairement pas en mesure de gagner la partie (on le nomme le kingmaker) réalise qui permet à un autre joueur de l'emporter. On peut distinguer plusieurs degrés :

  • Le joueur doit faire une action qui va décider du gagnant du jeu entre plusieurs joueurs,
  • Le joueur n'a aucune action à faire qui pourrait l'arranger et est donc obligé de jouer un coup qui favorise l'un des autres joueurs,
  • Le joueur sait que son prochain coup va décider du gagnant de la partie.
Quoi de mieux que des exemples avec des vrais jeux de société pour comprendre la complexité du problème (si c'en est bien un) ?

Tête de CanardDans le jeu Canardage, édité par Gigamic, notre but est d'éliminer tous les canards adverses qui passent sur la rivière à l'aide des cartes "Pan!". C'est un jeu qui se veut fun, rapide, léger et très accessible. Le gros point noir du jeu, selon moi, est que les joueurs dont tous les canards sont morts, autrement dit les perdants, continuent de jouer avec les survivants. Ainsi, dans la plupart des cas, soit c'est un perdant qui tue délibérément le dernier canard d'un joueur au profit d'un autre joueur (le Kingmaking est là), soit les perdants se font tout simplement chier car ils n'ont pas les cartes pour tirer.
Personnellement, je n'aime pas jouer à ce jeu en dépit de ces qualités indéniables de jeu d'ambiance et de ses illustrations qui me font bien rire.

Fiche descriptive de Canardage

Tête de HaricotUne autre forme de Kingmaking apparait dans le plus célèbre jeu de Uwe Rosenberg : Bohnanza, édité lui aussi chez Gigamic. Ce jeu est un must, si vous ne le possédez pas encore, je vous conseille de l'acheter dès maintenant. Il mêle à la fois tactique, échange et commerce. Néanmoins, il possède un léger défaut. Tout est basé sur l'échange de cartes, ainsi si personne ne veut faire de transactions avec vous car votre tête ne leur dit pas ou qu'ils ne sont pas dans un bon jour, vous pouvez rester sur le carreau toute la partie. Si cela arrive régulièrement, changez d'amis (je sais, c'est plus facile à dire qu'à faire).
En fait, l'autre forme de Kingmaking survient quand un joueur expérimenté, à Bohnanza dans notre exemple, joue avec des débutants. Il peut alors les manipuler à sa guise pour qu'ils acceptent des échanges qui ne se valent pas, ou des cartes dont il veut se débarrasser sous prétexte qu'ils ne peuvent plus le rattraper au niveau du score.

Fiche descriptive de Bohnanza

Tout çà pour quoi ? Je me rends compte que le Kingmaking est un terme utilisé partout pour se la péter. En fait, si l'on s'en réfère à la définition exacte, les situations de Kingmaking sont rares pour un jeu. Par contre, il y a énormément de jeux qui peuvent présenter cette situation.
Je ne sais pas si je me suis bien exprimé ... Ce que je veux dire, c'est que malgré le fait que le Kingmaking soit possible dans beaucoup de jeux de société, il est rarement mis en œuvre. Qu'en pensez-vous ? Suis-je si loin de la vérité ? Avez-vous déjà vécu des situations de Kingmaking ?

Le puissance 4 pour les nuls

Connect OneLe Puissance 4 pour les nuls existe sur la toile ! Oui, oui ! C'est Puissance 1 (Connect One en anglais) ! Pour le décrire, on peut dire que même mon copain Erwan (se prononce "airvent") en étant le premier joueur pourrait en ayant beaucoup de chances certes, remporter la partie. Si vous connaissez d'autres fakes de jeux de société, envoyez les moi via les commentaires de ce message.

Le jeu de société préféré de Noël Godin

Pie FaceJe me demandais ce qui pouvait pousser des personnes comme Noël Godin aka l'Entarteur à "entarter" des célébrités comme Nicolas Sarkozy, Doc Gynéco ou même Bill Gates; et bien j'ai trouvé la réponse par hasard aujourd'hui en surfant sur des blogs même pas spécialisés en jeux de société !
Le responsable est certainement le jeu de société Pie Face édité par Hasbro en 1964. A ne pas confondre avec un autre jeu du même nom édité par Parker Brothers en 1993.

Pour comprendre la mécanique bien huilée du jeu ainsi que toutes les astuces, rien de plus simple, tout est dans le slogan :

Click...Click...Click...Whoops!...

Ou tu peux regarder la vidéo qui suit.

Adolf Hitler s'invite dans un jeu des 7 familles

Adolf Hitler dans son bainÉchangez vous les tyrans les plus connus au monde dans le jeu des 7 familles "Das Fuehrer Quartett" publié par Onkel & Onkel. Retrouvez parmi les 32 dictateurs présents : Hitler, Mussolini, Staline, Pinochet, Franco et Ceaucescu ! Tous y sont !
En fait, ce n'est pas réellement un jeu des 7 familles puisque que le jeu est un "Quartett", sorte de jeu des 7 familles allemand simplifié destiné aux enfants allemands. Pour faire court, c'est un jeu de 8 familles constituées chacune de 4 dictateurs. Ceux-ci sont identifiables par leur nom, le pays qu'ils régirent, l'éducation qu'ils reçurent et le temps qu'ils passèrent à gouverner. Les 8 familles sont classées ainsi :

  • A – Schwarzbraun ist die Haselnuss … (brun foncé est la noisette)
  • B – Väterchen Russland und seine Söhne (les pères de la Russie et ses fils)
  • C – Sushi und Consorten (sushi et contre lieux)
  • D – Viva la revolución!
  • E – In Rom und um Rom herum (à Rome et autour de Rome)
  • F – Weitgereiste Strategen (les stratèges qui ont beaucoup voyagé)
  • G – Buena Vista Social Club
  • H – Black but not beautiful (noir, mais pas beau)
Volker Oppmann de Onkel & Onkel précise qu'il n'y pas réellement d'idées politiques dans ce jeu, et qu'il voulait simplement se servir de la puissance emblématique de ces figures historiques pour faire un jeu. Et il ajouta :

When you can laugh at them, you don't fear them as much.
Cartes du jeu Das Fuehrer QuartettPersonnellement, j'aime rire de tout donc çà ne me dérange pas ! En revanche, ce n'est pas l'avis de tout le monde. En effet, le sénateur Berlinois Ehrhart Körting âgé de 66 ans décrit le jeu de cartes comme étant fade. L'historien Arnulf Baring quant à lui, déplore que l'on minimise l'énormité des crimes commis avec ce jeu.
Ce à quoi de Oppmann répond qu'ils ont présenté le jeu de cartes à la Leipzig Book Fair, et que des employés du "Bundeszentrale für Politische Bildung", une organisation démocratique liée à l'éducation, trouvèrent les cartes très fun et qu'ils décidèrent d'en commander 5 paquets de suite. Si toi aussi, tu veux commander le jeu, vas sur cette page.

Petite note de fin : Un quartett du nom de Führer Quartett avec Adolf Hitler à l'intérieur a déjà été édité en 1930 pendant le 3ème Reich. Si tu veux en savoir plus, c'est ici. Cà y ressemble beaucoup non ?

Barbie SM est de sortie !

Jambe de Barbie SMSi tu aimes les résilles, les chaines, les bottes en cuir à haut talons, les gants en cuir, le manteau noir en cuir et le cuir accessoirement, que tu kiffes les poupées de marque Barbie, tu vas être super content. En effet, Mattel a annoncé que sa collection 2008 allait contenir la barbie "Black Canary". Ce personnage de DC Comics est une veuve noire qui maitrise à la perfection les arts martiaux et la tenue vestimentaire appropriée.
De nombreux lobbys et groupes conservateurs américains ont été choqué et demandent expressément à Mattel de ne pas commercialiser cette poupée qu'ils jugent contraire à la morale des petites filles de moins de 21 ans. En d'autres termes, ils trouvent qu'elle ressemble grandement à une prostipéripapétipute :

Barbie has always been on the tarty side and this is taking it too far.
A children’s doll in sexually suggestive clothing is irresponsible – it’s filth.

Sur internet, elle a même été surnommée "Barbie SM". Personnellement, çà ne me choque pas. Les parents ne sont pas assez cons, je l'espère, pour offrir à leurs petites filles cette poupée. Mattel a simplement voulu faire parler de lui dans une période où les barbies n'ont pas forcément la vie rose comme l'attestent les résultats du groupe Mattel ici. Pour résumer, le bénéfice a été quasiment divisé par deux au deuxième trimestre 2008.
De plus, je ne vois pas en quoi cette poupée est moins sex que les Bratz ou que la barbie "Catwoman" par exemple.

Question con que je me pose : Les jeunes filles jouent-elles encore à la Barbie ? Cela me semble tellement vieux et la concurrence étant très dure, je me demande réellement si la Barbie n'est pas ce qu'étaient les poupées en porcelaine de mes parents quand j'étais jeune.

Enfin bref, vivement que le Ken SM sorte ! Celui-là, je me l'achète tout de suite.

Google + Monopoly = Googolopoly

Logo de GoogolopolyQue se passera t-il quand Google aura étendu sa domination au monde entier dans tous les domaines ? Et bien, nous pourrons jouer au jeu de plateau Googolopoly créé et imaginé par Box.net. Celui-ci a pour but de nous mettre dans la peau d'un employé de Google, aussi appelé un Googler, et d'acheter tout ce qui nous passe par la tête avec comme base le jeu du Monopoly.
Vous pouvez télécharger le fichier .pdf contenant les règles, les cartes et le plateau de jeu à l'adresse suivante : http://www.mediafire.com/?4emz9r54yub
Bien évidemment, si vous n'êtes pas un surfer geek, bon nombre d'achats ne vous diront rien. En voici la liste exhaustive :

  • Ebay, PayPal, Skype,
  • Facebook, Box.net, LinkedIn,
  • DoubleClick, GrandCentral, Urchin,
  • YouTube, SketchUp, KeyHole,
  • Writely, JotSpot, BlogSpot,
  • NewsCorp, AOL, SalesForce.com,
  • Scribd, Loopt,
  • MicroSoft, Yahoo,
  • Google AdSense, Google AdWords, Google Gears, OpenSocial, Google App Engine, Androïd
Si tu en connais moins de 5, on peut dire que tu te sers probablement de la première fois d'un ordinateur. Si tu en reconnais entre 5 et 14, tu découvres Internet et je t'en félicite. Si tu en connais entre 15 et 24, tu es un dur à cuire et rien ne t'échappe sur la toile. Si tu en connais plus de 25 (sur 28), je me demande ce que tu viens faire sur Pioche & Joue !

illustration de Googolopoly

Ghost Stories nous en met plein la vue !

Logo de Repos Prod Thomas Provoost, fondateur de Repos Prod, m'a gentiment passé pas moins de 6 illustrations de cartes pour le jeu Ghost Stories à paraître pour le salon de Essen 2008. Celles-ci sont signées de la pâte de l'illustrateur Pierre Lechevalier aka Pierô, personnalité qui a travaillé sur quelques jeux de société jusqu'à maintenant. On peut citer notamment Mr. Jack qui l'a révélé, mais aussi En Garde, Les Poux, et Hurry Cup prochainement.

Pour la petite histoire, sachez que c'est Pierô qui a insisté auprès de Repos Prod pour illustrer le jeu. Au départ, Antoine Bauza, créateur du jeu, et les éditeurs n'avaient pas imaginé que Pierô himself puisse leur proposer. En fait, leur prototype avait été réalisé avec une superbe tablette graphique. Lors d'une soirée, Pierô eut l'occasion d'y jouer et ce fut le coup de foudre pour ce jeu, si bien qu'il s'empressa de contacter Repos Prod pour les "supplier" de réaliser les illustrations du jeu. L'éditeur bien qu'emballé par l'idée que ce soit Pierô, émit des réserves quant au prix qu'il faudrait mettre. Il leur envoya dans la semaine qui suivit une illustration d'une geisha (la première image que l'on ait vue). Bing, bang, badaboum ! Repos Prod signa et notre pauvre Pierô travaille désormais d'arrache pied tous les jours pour finir les illustrations du jeu pour le Octobre 2008.




Comment gagner aux Colons de Catane ?

Logo des Colons de CataneUne théorie économique a été rédigée par un fan ardu du jeu Les Colons de Catane disponible sur le groupe BoardGames de Google. Celle-ci détaille quelles sont les ressources à avoir afin d'optimiser son économie et donc de gagner. Bien évidemment, si vous êtes un joueur occasionnel et/ou que vous aimez y jouer en famille sans vous prendre la tête, cette liste n'est pas forcément des plus utiles.
Les explications sont données en anglais dans le sujet ici. Vous verrez que plusieurs joueurs ne sont pas forcément d'accord mais je trouve que cela permet d'avoir une idée de l'importance de certaines ressources dans le jeu.

Voici donc dans l'ordre les ressources à posséder en priorité :

  • 1. Minerai
  • 2. Blé
  • 3. Argile
  • 4. Bois
  • 5. Laine

2008 pourrait être l'année des jeux de société

ScrabulousScott Jon Siegel, game designer de métier, vient de publier un article très intéressant sur le pourquoi que l'année 2008 pourrait très bien être l'année des jeux de société. En fait, ce serait plutôt pourquoi 2008 serait l'année des jeux de société sur consoles et PC.

En effet, il expose un certain nombre de points qui tendent à montrer que depuis 2006, il y a une réelle montée en puissance de jeux vidéo basés sur des jeux de société. Depuis la sortie de Uno en 2006 sur la XBox, celui-ci ne cesse de cumuler les joueurs si bien qu'il est le 4ème jeu le plus joué sur le XBox Live en 2007 ! Les coûts de développement sont ridicules face de "gros" jeux tels que Call Of Duty et Gears Of War où le graphisme importe beaucoup. De plus, les résultats escomptés sont là aussi beaucoup plus intéressants proportionnellement aux coûts de développement.
Par contre, comme l'explique Brian Reynolds, CEO et Creative Director de Catan, le jeu vidéo tiré du jeu "Les colons de Catanes" de Klaus Teuber, la difficulté est de programmer un Intelligence Artificielle capable de rivaliser avec le plus tordu de nos compagnons de jeu.

L'autre point important est que les jeux de société gagnent de plus en plus les réseaux sociaux (Facebook, MySpace, Bebo et autres). Le meilleur exemple est Scrabulous, application disponible sur Facebook et qui fait un malheur. En mai 2008, il y a actuellement un peu moins de 500 000 utilisateurs quotidiens actifs !

Je vous conseille de lire attentivement l'article de Scott Jon Siegel publié sur escapistmagazine.com qui nous éclaire un peu plus sur le fossé entre jeux de société et jeux de vidéo qui n'est pas si grand qu'on le croit.